La FEBEG demande à la Cour constitutionnelle l’annulation des dispositions de « pouvoirs spéciaux » du décret wallon du 3 février 2022 relatif aux marchés du gaz et de l'électricité

La FEBEG a introduit un recours auprès de la Cour constitutionnelle demandant d’annuler certaines dispositions du décret wallon relatif aux marchés du gaz et de l’électricité adopté le 3 février dernier. La FEBEG juge ces dispositions inconstitutionnelles et inacceptables dans une démocratie en ce qu’elles accordent au Gouvernement wallon le droit de s’arroger des pouvoirs spéciaux pour déroger aux décrets, ce sans limite de temps et sur base de critères purement subjectifs.

Des permis sont nécessaires pour réussir la transition énergétique

La FEBEG reste préoccupée par la complexité et la lourdeur des procédures d'obtention des permis de construire et d'environnement nécessaires pour les nouvelles unités de production d'électricité et les infrastructures de transport connexes.
Cette situation menace le climat d'investissement, la sécurité d'approvisionnement et la prospérité économique du pays et de ses régions. Sans ces autorisations nécessaires, les objectifs de 2030 semblent déjà irréalisables.

Un nouveau rapport du GIEC confirme l’existence de pistes crédibles pour réduire au moins de moitié les émissions de gaz à effet de serre

Le GIEC (le Groupe intergouvernemental d'experts sur l'évolution du climat) a publié récemment une évaluation globale actualisée des progrès accomplis et des engagements pris en matière d'atténuation du changement climatique. Ce rapport se veut plus positif à condition de prendre des mesures d’atténuation sans délais.

Sécurité d’approvisionnement belge à l’horizon 2026-2027 : notre talon d’Achille ?

Le pari capacitaire du gouvernement pour l’enchère T-4 (2026) repose sur la convergence de plusieurs hypothèses positives, ce qui semble optimiste. La FEBEG estime toujours que 3 à 3,5 GW de capacités pilotables restent indispensables pour assurer la sécurité d’approvisionnement, ce qui correspond à un minimum de 3 à 4 nouvelles centrales gaz.